Le Cercle

Une exploration des clubs de sports de combat en Seine-Saint-Denis

Fat City, de John Huston, 1972

Fat CityAdapté du roman de Leonard Gardner (Fat City, 1969) qui raconte l'histoire d’un ancien boxeur devenu alcoolique qui tente de refaire surface et de revenir sur le ring. C'est un film sur le prolétariat de la boxe, les sportifs semi-professionnels qui n’accèderont jamais à la gloire. Sur la misère, l’exploitation et l’épuisement des corps, mais aussi sur la fraternité et l’amour des hommes. Un des plus beaux films de John Huston. A la gloire des loosers magnifiques.

Oates a dit que « Tout comme le danseur, le boxeur ‘est’ en fait son corps, auquel il est totalement identifié ». Huston montre que c’est parce qu’il n’a que son corps comme force de travail, que le boxeur est frère des travailleurs les plus pauvres. Au petit matin, Tully, le vieux boxeur se joint aux journaliers qui vont s’épuiser sur les immenses plantations de Californie. Les plus belles séquences ne sont pas celles des combats (le spectacle de la Boxe ici est celui d’une exploitation des corps aussi cruelle et obscène que celle qui use les corps des saisonniers) mais celles où par les paroles d’amour et de fraternité qu’ils échangent les personnages retrouvent parfois une dignité et un sens de vivre. (interview de J.Huston)

Mots-clés: Boxe, Film

Imprimer