Le Cercle

Une exploration des clubs de sports de combat en Seine-Saint-Denis

Fais gaffe à tes poignets

Frankie m’a dit : « Fais gaffe à tes poignets. Ils doivent être alignés avec ton bras quand tu tapes. Autrement tu risques de te briser tes poignets. »

Pourquoi souvent dans les mouvements de mes mains, mes poignets s’inclinent-ils dans un mouvement un peu gracieux, un peu précieux ? Un geste féminin, ou qui se veut tel, un geste qui m’appartient, et qui remonte à mon enfance. Alors, il me semblait certainement que pour être séduisant, il me fallait avoir ce tour de poignet là.

Laurence m’a dit : « À la boxe tu peux sautiller sur les pointe tout ton saoul. Tu dois être ravi ? » Des années de taï-chi avec Laurence m’ont appris tout l’inverse : à me poser, m’enraciner, descendre bas dans le sol.

Avant de faire du taï-chi, je marchais sur les pointes. Les cinq étages de mon escalier je les gravissais sur les pointes. « Ce doit être terriblement fatiguant » me disait Corine. « Non, c’est comme ça que je marche », je lui répondais.

En sept ans de taï-chi, je me suis ancré, ma voute plantaire s’est modifié, et j’ai perdu une taille de chaussure. Du 43 je suis passé au 42.

Michel m’a dit : «  Quand tu sais pas quoi faire sur scène, tu peux toujours danser. Tu fais ton numéro de danse classique, les spectateurs vont rigoler et tu vas gagner au moins trois minutes de survie. »

C’est important d’avoir une botte secrète. Même si on ne l’utilise jamais.

François m’a demandé : « Tu ne t’assois jamais ? C’est fatiguant de te voir marcher de long en large dans le bureau quand on se parle. »

À priori, je préfère être debout, c’est vrai. L’injonction : « Bougez ! Sautillez ! » que répète à l’envie Frankie  me convient très bien. Le sautillement, comme dit Laurence, c’est mon truc.

C’est bizarre quelqu’un qui aime tant sautiller et n’a jamais appris à sauter à la corde.

Mots-clés: Boxe

Imprimer