Le Cercle

Une exploration des clubs de sports de combat en Seine-Saint-Denis

la petite amie imaginaire, de John Irving,1996

Irvingtraduit par Josée Kamou, Editions du Seuil, poche.

La Lutte est un thème réccurent de tous les romans de John Irving. C'est un sport que l'écrivain à succès a pratiqué et enseigné (et arbitré) avec passion presque toute sa vie.

Il s'agit ici d'une autobiographie où l'auteur décrit de manière très concrète et concise sa formation à la fois d'apprenti écrivain et de lutteur. Au fil des récits et des digressions, il évoque ses rencontres déterminantes avec les entraîneurs, lutteurs ou professeurs de littérature qui l'ont marqué. Irving était dyslexique et pas vraiment un athlète non plus. Mais il suivit le conseil de son premier entraîneur, Ted Seabrooke "Tu n'es pas spécialement doué, et après? ça n'est pas une raison pour laisser tomber." Adolescent, s'il ne luttait pas, il lisait. Sa chance fut que dans les Universités amércaines on enseigne la Lutte et l'écriture littéraire comme deux matières à part entière.

Irving ne cherche pas à théoriser le lien entre ses deux pratiques, elles se trouvent juste être au centre de sa vie. Le livre est intéressant aussi pour les comptes rendus détaillés des matchs vécus dont Irving se souvient précisément.

 "L'amateur rebat les oreilles de tout le monde à vouloir expliquer le pouquoi de sa prédilection et, dans le fond, quelle importance? La Lutte, comme la Boxe, est un sport où l'on est divisé en catégories selon son poids. Autrement dit, on s'affronte à des gens de son gabarit. Le choc est parfois très rude, mais la surface où l'on atterrit est raisonnablement molle. Et puis, les sports de combat comportent des aspects tout à fait civilisés; ainsi, cette règle que j'ai toujours admirée et qui veut que l'on soit responsable de son adversaire: quand on le soulève du tapis, on s'assure qu'il y retombe intact. Mais quant à dire pourquoi j'aime la lutte, j'avancerais que c'est sans doute la première discipline où j'ai valu quelque chose."

 On trouvera néanmoins à la fin de cette interview d'Irving, donnée à l'Express en 2011, une comparaison plus explicite entre le travail du lutteur et celui de l'écrivain.

Mots-clés: Lutte, Bibliographie

Imprimer E-mail